Ce matin dans mon train pour Londres j'ai lu Le Monde. Je suis tombé sur l'article d'opinion de Paul Jorion.

http://www.pauljorion.com/blog/2016/10/25/le-monde-lecho-un-role-pour-leurope-a-la-hauteur-de-ses-peuples-le-24-octobre-2016/

Je n'aurais jamais imaginé qu'un Docteur en Sciences Sociales puissen pondre un papier aussi mauvais. Il y a des conclusions assénées avec force conviction mais d'arguments ou faits qui puissent soutenir et étayer ces conclusions, il n'y en a pas.

Reprenons donc le papier car il est assez instructif et représentatif de bouquins et papiers anti-libéraux, anti européens de la gauche actuelle. C'est très creux, mais cela plaît et trouve sa place dans le Monde. Ce quotidien du soir adore en ce moment, prendre un temps supérieur, donneur de leçons et asséner des vérités. L'article de Jorion y a donc trouvé tout naturellement sa place. Petite précision : je ne supporte pas non plus ni Finkielkraut ni Zemmour c'est un peu l'équivalent à droite.

Thèse 1 : "La City de Londres ne sait plus depuis le Brexit à quel saint se vouer, tant ce vote signe irrémédiablement son déclin." Pourquoi déclin ? Qu'est ce qui permet de dire une chose pareille ? Que voulez vous dire par "ne sait plus à quel saint se vouer"?

Je travaille dans la City de Londres (à Canary Wharf plus exactement). L'ambiance est à la réflexion inquiète sur la meilleure façon d'influer sur la négociation pour limiter la casse. Y aura t'il déclin ? C'est à mon avis trop tôt pour le dire. Dison qu'il y aura transformation.

Vient ensuite la leçon de morale de celui-qui-a-raison-parce-qu'il-le-dit : "elle devrait d’abord faire son examen de conscience : n’est-elle pour rien dans le remplacement dans les esprits des valeurs de solidarité par celles de la concurrence, de la compétition forcenée, de la compétitivité – l’autre nom de la guerre de tous contre tous sur le marché de l’emploi ?" Rien que cela !

Il y aurait donc une justice immanente qui punirait les méchants financiers de Londres, non pas de s'être opposés et d'avoir vontre contre le Brexit, mais d'avoir corrompu notre belle Europe et ses valeurs... Donc les financiers de la City sont des méchants qui sont justement punis si je comprends bien..soit. Ce moralisme me laisse plus que perplexe, mais continuons.

La preuve ? "Car c’est bien la sacro-sainte « compétitivité » prônée par la City et ses relais idéologiques qui a poussé les Britanniques à voir d’abord dans les flux migratoires, plutôt que l’apport en forces vives qu’il est avant tout pour leur nation, les concurrents qui les priveront bientôt d’emploi dans la foire d’empoigne qu’est devenu le monde du travail." Une fois encore, sur quoi s'appuie de telles conclusions ?

A ce stade de la lecture je regarde qui est Paul Jorion et je lis Docteur en Sciences Sociales, Professeur associé des facultés de l’Université Catholique de Lille.  Il a fait partie du Haut comité pour l’avenir du secteur financier belge ainsi que du Groupe de réflexion sur l’économie positive dirigé par Jacques Attali. Il est diplômé en sociologie et en anthropologie sociale (Docteur en Sciences Sociales de l’Université Libre de Bruxelles).

C'est donc un sociologue qui établit ce genre de causalité et enchaîne de telles conclusions sans jamais les étayer par rien ?!? Cela me laisse pantois sur ce qu'est la sociologie et l'argumentation chez un Prof d'université, la capacité à argumenter rationellement d'un de nos brillants intellectuels.

C'est affligeant de médiocrité et de tartes à la crème intellectuelles.