"Mais c'est une vieille, une éternelle histoire : ce qui s'est produit avec le stoïcisme continue, à se produire aujourd'hui, sitôt qu'une philosophie commence à croire en elle-même. Elle créée toujours le monde à son image, elle ne peut faire autrement. La philosophie est cette pulsion tyrannique même, la plus spirituelle volonté de puissance, de "création du monde", de causa prima."  Frédéric Nietzsche - Par delà Bien et Mal ; I-9

Il y a un avant et un après Darwin, comme il y a un avant et après Copernic. Dans les deux cas, la centralité de l'homme dans l'univers et la croyance que l'univers est organisé pour lui a été sérieusement ébranlée. Dans les deux cas, l'homme n'est plus un cas à part dans le monde qui aurait été créé pour lui, pour en être à la tête. Il devient l'un des membres et l'une de ses parties régies par des lois qui s'appliquent à tous et auxquelles il ne peut échapper. 

La théorie darwinienne a subi le même sort que les autres sciences, celui de la récupération et la falsification qui a permis de justifier l'égoisme et l'intérêt personnel. Elle leur a donné une caution morale. Ce n'est pas ce que Darwin avait écrit, ni pensé ? Les écrits de Darwin sont utilisées dans un cadre qui n'est pas celui de la science de Darwin et qui par conséquent rend très hypothétique et sujet à caution ses conclusions ?Qu'importe, comme Nietzsche a permis de donner une caution intellectuelle au nazisme et à l'anti-sémitisme en trafiquant ses écrits et détournant ses textes, il est possible de lire Darwin pour en faire la caution de tous les excès de l'égoisme capitaliste et social. En posant, dès les premières pages de "la sélection naturelle",  l'expression de lutte pour la vie, il a ouvert la boite de Pandorre. Darwin a eu beau s'opposer à l'esclavage de manière très ferme. Darwin eut beau écrire que l'entraide et l'empathie, les émotions positives pour autrui comme ayant une utilité et ayant été sélectionnéees au même titre que les caractéristiques physiques des espèces, rien n'y fit. La lutte pour la vie a été érigée en morale et en justification de tous les égoismes, au moyen d'une lecture partiale et d'un détournement.

Lorsqu'Adam Smith invoque la trop fameuse "main invisible" qui pousserait les individus à agir dans l'intérêt général alors même qu'ils n'ont en tête que leur intérêt personnel, il n'entend pas cautionner tous les abus des rapports de force qui sont ceux du marché. Il a en tête l'existence de mécanismes auto-régulateurs d'un marché qui serait malgré tout contrôlé par des lois et un cadre réglementaire qui veille à tout moment à ce qu'une catégorie n'abuse pas de sa position pour faire prévaloir son intérêt au détriment de l'intérêt public. Adam Smith a eu beau écrire que le laissez faire total ne pouvait mener qu'à une conspiration des hommes d'affaires et des monopoles qui permettent d'écraser les acheteurs, et aujourd'hui j'aurais envie de dire, les salariés ou sous-traitants. Les néo-libéraux ont justifié l'avidité de quelques uns au détriment des autres par Adam Smith et Charles Darwin.

Au fond, le problème n'est pas Darwin tout seul mais le mélange avec Adam Smith qui l'a rendu particulièrement indigeste. Comme le mélange d'alcools rend rapidement malade et finit en maux de tête. Nous avons une migraine qui ne passe pas. "La richesse des nations" prise en elle même, indépendamment de tout autre théorie naturaliste me convient plutôt bien. Je ne m'imagine pas vivre ailleurs ni autrement que dans une société libérale. "La sélection naturelle" absorbée pure est tout fait digeste et même très roborative.

Le problème vient du mélange. 

Après tout, le mouvement anti-Wall Street exprime en acte l'indigestion suite à une consommation excessive du mélange. Le problème que nous avons est celui d'une double justification de l'égoisme. Un banquier d'affaire, un grand patron dispose de tous les outils intellectuels et philosophiques pour justifier son égoïsme. Si je gagne des sommes mirobolantes, des bonus qui se chiffrent en millions d'euros alors que d'autres cumulent plusieurs emplois à temps partiels pour joindre les deux bouts, il n'est pas trop difficile en mélangeant Darwin et Smith de penser que c'est la loi de la nature et la meilleure organisation possible de la société.

Faut il blâmer Darwin et Smith ou plutôt l'idéologie qui récupère deux penseurs géniaux pour justifier ses intérêts personnels et les ériger en vérités scientifiques et morales ?